top of page
  • Miz Namaste

Histoire de la psychothérapie, morceaux choisis. L'Antiquité (-3000 - 476). 1/5

Comment définiriez vous :la santé émotionnelle ? D’où vous viennent vos convictions en la matière ?

Comptez-vous sur votre destin, comme dans l’Antiquité ?

Ou bien pensez-vous qu’on peut "reprogrammer" son esprit pour "aller mieux", comme dans les thérapies comportementales émergées au 20ème siècle ?


Je vous propose un voyage dans l’histoire de la psychothérapie qui vous éclairera peut être sur vos représentations et du coup vous aidera à prendre soin de ce repère qui compte pour vous.

Nous ferons escale à chaque grande période historique française pour en extraire les conceptions et pratiques qui ont influencé de manière prégnante nos représentations du soin psychique et de la santé émotionnelle.


L’Antiquité (– 3000 à 476)


Notons tout d'abord que le mot « psyché » vient du verbe grec « psukhein » qui signifie : « souffler » et renvoie à « la respiration ». Pour Aristote, la psyché désigne le principe vital aussi bien que la pensée. Cela illustre comme les liens corps-esprit sont ténus.

Nous débuterons donc notre voyage à la période de l’Antiquité, la notion de destin est alors prégnante.


La conception du monde alors veut que l’existence de chaque chose, de chaque être et de chaque évènement soit conçue à travers un Ordre cosmique dans lequel tout est en relation.

Le mouvement des astres étant parfait, on s’appuie sur l’astrologie comme science de premier plan pour déterminer, expliquer, justifier les rôles et les comportements attendus de chacun.


Les médecins s’appuient ,notamment, sur l’astrologie médicale, comme soutien au diagnostic pour identifier l’origine du trouble dans lequel se trouve le patient. L’étude du thème astral d’un patient va fournir des conseils pour optimiser un traitement ou choisir le meilleur moment pour une intervention chirurgicale, mais aussi raccourcir une convalescence, définir un régime, apporter une aide psychologique adaptée ou rétablir les énergies du malade.

On soigne selon la théorie des humeurs d’Hippocrate et/ou de Galien.


Dans cette conception, la santé émotionnelle tient à la bonne intégration du citoyen dans la société, de sa capacité à comprendre son rôle, à connaître sa place dans l’ordre social. C’est cette conscience de place et de rôle propre qui éclaire l’individu sur ses marges, ses outils, ses forces, ses vulnérabilités et ses ambitions légitimes.


La santé psychologique et la psychothérapie durant l’Antiquité :

Pour Platon, l’organisation politique de la société met en place des conditionnements sur les citoyens pour exercer le pouvoir. Ceux-ci structurent l’espace social mais également les dynamiques individuelles et collectives.

Ainsi, un rôle assigné socialement à l’individu peut être en contradiction avec ses aspirations et potentiels réels, en d’autres termes son destin.

Pour échapper au conditionnement consécutif au système politique Platon propose la méthode de la catharsis C’est par une exploration du discours intérieur accompagnée, l’étude du raisonnement que l’on peut permettre à la personne une prise de conscience sur elle-même et ses aspirations réelles.


L’approche de Platon suggère que la santé émotionnelle peut nécessiter une implication personnelle pour être entretenue ou reconquise.


Et vous, pensez-vous « avoir un destin » ? Avez-vous une bonne étoile ? Quelle place prend le destin dans l’entretien de votre santé émotionnelle ? Avez vous déjà réalisé votre thème astral?



Si cet article vous a intéressé, n'hésitez pas à me laisser un commentaire.

10 vues0 commentaire
bottom of page